Œuvrer comme nomade digital entraine souvent un problème avec l’argent qu’il convient de bien maîtriser. Je vous révèle les principales anticipations possibles.

Résoudre le rapport à l’argent

Gagner de l’argent ou en perdre font partie des impondérables du travailleur en freelance. Or, il faut principalement raisonner à titre de chef d’entreprise ou en tant qu’auto-entrepreneur.

Objectivement, l’argent est seulement un flux. Il sert à la circulation et à l’échange.

Une perte n’empêche pas un gain futur. Loin d’être une fin en soi, l’argent sert à la réalisation de projets, à aider les moins favorisés qui valent la peine.

Il sert aussi à subvenir aux besoins tout en apportant son écot à la société.

L’aspect abstrait de l’argent

Parfois, le travailleur nomade redoute le fait de se vendre. Il est amené à sous-évaluer le montant des prestations, voire de travailler à perte.

En fait, la valeur de l’argent doit demeurer relative. Il suffit de facturer sur la valeur apportée aux clients.

En outre, il faut s’assurer de la rentabilité des projets. Même si le montant des prestations annoncé semble élevé, le client est également un acteur du monde de l’entreprise.

Il connait le prix des prestations et leur valeur réelle.

Le cas des investissements

Un digital nomade débutant peut être tenté par toutes les propositions gratuites ou peu chères sur le net. Il convient de faire un ratio des heures perdues avec un matériel obsolète et le coût réel.

Il faut se baser sur l’efficacité et la rentabilité. En clair, il ne faut pas confondre dépense excessive et investissement.

Refuser tout investissement utile revient à s’abstenir de grandir l’entreprise. N’hésitez pas à investir dans des solutions dédiées et payantes pour gagner en performance.

Un bilan éclairé des dépenses

En France, le statut de micro-entreprise ne permet pas de déduire les dépenses. Il faut uniquement compter sur l’abattement forfaitaire.

Concrètement, si les dépenses excèdent le pourcentage déterminé par l’Etat, il faut régler des impôts sur les frais. Il faut considérer plusieurs facteurs comme les impôts, la TVA, les frais généraux, le temps de travail non facturé.

En outre, il est préférable de calculer le coût du travail. Il est conseillé de tenir à jour un tableau de bord avec Excel.

Pour leur part, d’autres outils comptables sont utiles notamment Quickbooks. Assez compliqué pour la prise en main, Quickbooks permet de bénéficier de rapports complets et bien exécutés.

Découvrez plus d’idées ici.  

Crédit Photo : famille-nomade-digitale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.