On utilise le mot cloud (nuage en français) pour désigner l’ensemble des serveurs accessibles sur Internet, ainsi que les bases de données et logiciels qui fonctionnent avec. Les serveurs du cloud sont hébergés dans des datacenters, eux-mêmes répartis aux quatre coins du monde. La migration vers le cloud par les entreprises est avantageuse dans le sens où elle leur évite d’avoir à exécuter des applications logicielles sur leur matériel ainsi que de gérer des serveurs physiques eux-mêmes.

 

Quel est le fonctionnement du cloud computing ?

Beaucoup d’entreprises qui disposent d’un parc informatique tentent à se tourner vers le cloud. Ce dernier permet en effet aux utilisateurs d’avoir accès à des fichiers et à des applications depuis quasiment n’importe quel appareil, quel que soit le lieu où ils se trouvent. Cela est rendu possible par le fait que le stockage et les processus informatiques sont effectués non pas sur la machine de l’utilisateur, mais dans un datacenter. A titre d’exemple et pour illustrer ce fonctionnement, le cloud est ce qui permet à une personne de pouvoir accéder à ses comptes réseaux sociaux, à sa messagerie comme Gmail ou à un fournisseur de stockage comme Dropbox depuis un autre appareil que le sien.

 

Le cloud désigne un ensemble d’équipements qui se composent de serveurs sur lesquels sont stockées les données de différents clients. Ces derniers ont ensuite accès à leur donnée via le principe de connectivité, qui se fait par l’intermédiaire des câbles ou de la fibre optique. C’est un prestataire qui vend des services cloud à des clients qui peuvent se situer dans des lieux très différents. Le cloud est un serveur distant aux hautes performances. Il dispose de beaucoup de mémoire vive et fonctionne avec un système d’exploitation très puissant. Le cloud est aussi un système entièrement sécurisé, logiciels et application sont régulièrement mis à jour.

 

Les entreprises qui envisagent une migration vers le cloud qu’elles n’ont pas à suivre de directives du prestataire. Même si elles paient un service et utilisent des serveurs qui sont à distance, elles restent indépendantes et travaillent de la même manière que si les données étaient stockées sur leur propre matériel dans leurs locaux.

 

Opter pour le cloud avec premaccess par exemple permet de se faire accompagner dans les différentes étapes de la migration vers le cloud. L’utilisation du cloud offre divers avantages tels que l’amélioration de la productivité, des performances, de la vitesse, de la flexibilité ainsi qu’une réduction des coûts.

 

Quels sont les déploiements cloud les plus courants ?

On distingue principalement les types de cloud suivant :

 

  • Le cloud privé : le cloud privé désigne les ressources de cloud computing utilisées par une entreprise de façon exclusive. L’infrastructure et les services se trouvent alors sur un réseau privé. Si le cloud privé peut se situer physiquement dans le centre de données local de l’entreprise, certaines d’entre elles font le choix de payer des fournisseurs pour qu’ils hébergent leur cloud privé
  • Cloud public : le terme cloud public est lui détenu par un fournisseur externe et inclut des serveurs pouvant prendre place dans un ou bien plusieurs datacenters. Les clouds publics sont partagés par diverses entreprises et organisations, mais les machines virtuelles permettent de mettre à disposition des serveurs indépendants pour chacune d’entre elles. Concrètement, plusieurs entreprises louent de l’espace serveur au sein du même serveur. On parle alors d’« architecture mutualisée »
  • Cloud hybride : le cloud hybride associe des clouds publics et privé Certains serveurs peuvent même se trouver sur site. Les entreprises qui choisissent le cloud hybride peuvent utiliser le cloud public pour certains services et le cloud privé pour d’autres. Cela permet également d’avoir un cloud de secours en cas de défaillance technique

 

Quels sont les types de services cloud ?

On distingue principalement trois types de services, à choisir en fonction des besoins. Il s’agit des suivants :

 

  • Infrastructure as a Service (IaaS) : elle permet de dématérialiser l’infrastructure matérielle et fournit serveurs, stockages de sonnées et solutions de virtualisation
  • Platform as a Service (PaaS) : elle fournit les services de l’IaaS, auxquels s’ajoutent des applications middlewares comme le serveur web, la base de données et les systèmes d’exploitation
  • Software as a Service (Saas) : elle fournit des applications et logiciels en plus des services IaaS et PaaS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.