Voyager en mode nomade digital tout en touchant le RSA ne relève pas de l’utopie. Je vous livre plus de détails à ce sujet.

L’aspect légal de la démarche

D’après les textes officiels en vigueur, le bénéficiaire du RSA doit disposer d’une résidence stable en France métropolitaine. La résidence doit porter sur 9 mois en une année.

La résidence n’est pas soumise à une antériorité. En outre, certains cas exceptionnels de personnes en séjour à l’étranger pour plus de 3 mois seront pris en compte.

Les témoignages d’un nomade digital allocataire en Espagne

Cet allocataire est parti en Espagne durant 3 mois pour travailler. Des recherches de travail actives en France se sont avérées infructueuses.

Dès lors, il débarque dans la ville espagnole de Valence. Il décroche un CDD de 3 mois.

La loi lui permet de garder le RSA s’il travaille à l’étranger sur une période de moins de 92 jours. Comme il a droit à 400 euros de RSA par mois, il les a additionnés avec son salaire temporaire de 1 050 euros en Espagne.

Il a réussi à vivre décemment durant ce bref séjour hispanique tout en demeurant dans la légalité.

Les cas divers des personnes touchant le RSA

Certains bénéficiaires du RSA sont régulièrement suivis par Pôle Emploi. Ils sont soumis à des rendez-vous fréquents, des entretiens avec les conseillers de l’organisme.

L’autre catégorie d’allocataires est peu sollicitée. Il s’agit essentiellement des travailleurs précaires, des entrepreneurs modestes, des anciens bénéficiaires du RMI.

Le premier cas doit prendre un congé de 3 mois auprès du conseiller. Il doit indiquer qu’il est absent durant 3 mois pour travailler à l’étranger.

Le second cas doit tout faire pour rester moins de 92 jours par an, lors du séjour à l’extérieur.

Les dispositions légales à considérer

Pour une absence de moins de 3 mois, le bénéficiaire du RSA dispose d’un maintien de son droit lors des mois d’absence. A son retour, il doit demeurer de façon effective et stable en France métropolitaine.

De plus, la déclaration trimestrielle de ressources est obligatoire. Si l’absence dure plus de 3 mois, le RSA est suspendu durant le séjour à l’extérieur.

Dans ce cas, il faut avertir la CAF ou le MSA de la situation modifiée. Cela permet de proscrire tout remboursement de trop perçu.

Pour information, les jeunes de moins de 25 ans ont droit à la RSA. Ils peuvent tout à fait exercer en tant que nomade digital en travaillant au soleil dans des pays lointains comme l’Inde ou des destinations petit budget.

De même, il est possible de continuer à percevoir les Assedic à l’étranger pour 35 jours maximum. Retrouvez d’autres infos ici.

Crédit Photo : dtp-ag.com & thesslstore.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.