Plus qu’un revenu régulier, il s’agit plutôt d’un revenu d’appoint. Je vous dévoile les points essentiels.

Le commerce de ses propres données en question

Face au marché immense de la vente de données au niveau des GAFAM, il est possible d’effectuer cette activité. Elle n’est pas très rémunératrice mais il faut toujours tenter sa chance.

En effet, plusieurs plateformes offrent l’occasion de contrôler ses données tout en étant compensé financièrement. Ces sites concernent Wibson, Embleema, Datun.

Il faut ajouter Doc.ai et Weward. En fait, l’échange d’un dossier médical, de données de géo-localisation, d’infos Facebook peuvent être déposés auprès de ces sites dédiés.

Le règlement est proposé en argent, en bons d’achat ou en cryptomonnaie.

Les jeunes pousses du secteur

Dans l’hexagone, les applications sont rares sur ce thème. Aux Etats-Unis, la tendance est devenue courante afin de contrer la méfiance envers les GAFAM.

Par ailleurs, les data brokers opèrent en douce et se partagent le gâteau très juteux de l’achat et de la revente de données. La jeune pousse hexagonale Weward permet de gagner de l’argent en marchant.

Ainsi, le partage des données de géo-localisation est effectué. Pour 7 500 à 10 000 pas quotidiens, le tarif est de 100 euros par an.

Ces données favorisent le ciblage des goûts. Par ailleurs, se rendre dans les boutiques partenaires de Weward rapporte deux euros par visite.

La valeur réelle de l’empowerment

Devenir son propre data broker n’est pas très payant. En fait, la valeur des données brutes demeure peu rémunératrice.

L’âge, la pointure, la taille ne sont pas très considérés. La valeur ajoutée est fournie par le croisement des données avec celle d’autres données.

Ensuite, une analyse est nécessaire. Les annonceurs sont davantage intéressés par les bases de données dites agrégées.

En clair, les données ne possèdent pas les mêmes valeurs. La valeur varie suivant la notoriété.

Les influenceurs sont très sollicités car ils sont présents sur les réseaux, disposent d’une communauté bien fournie. Leurs données peuvent impacter les achats et leurs gains peuvent monter en flèche.

Les autres faits à relever

La valeur des données peut être rattachée au style de vie et aux évènements. Un mariage ou un déménagement augmente la valeur.

Le facteur 100 est souvent atteint dans ce cas. En effet, la consommation est plus importante quand le sujet est en déplacement et fréquente des lieux variés.

Les chercheurs conseillent de gagner plus d’argent en créant des collectifs. Plusieurs voisins peuvent collecter les données de consommation de chauffage.

 Enfin, il suffit de les vendre aux entreprises intéressées. Retrouvez d’autres idées ici.

Crédit Photo : futura-sciences.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.